Préservé lors des deux derniers matchs des Spurs pour soigner sa cheville droite, Victor Wembanyama (20 ans) a signé un retour remarqué, lundi, malgré la défaite de San Antonio face aux Golden State Warriors (102-112).

Victor Wembanyama a soigné son retour sur les parquets de NBA, lundi. Le Français, laissé au repos lors des deux derniers matchs pour guérir sa cheville droite, a brillé malgré la défaite à domicile face aux Warriors (112-102). Il a terminé meilleur marqueur (27 points) et rebondeur (14) de la rencontre en ajoutant trois passes, une interception et deux contres à sa belle prestation. Comme le reste de son équipe (38%), il a été limité dans ses tentatives à trois points (3/9) par la franchise d’Oakland, privée de sa star Stephen Curry (cheville) mais avec le revenant Klay Thompson.

« Mon corps s’est bien senti »

« La cohérence est toujours importante, mais aujourd’hui, je pense que cela répond aussi au physique qu’ils mettent », a analysé ‘Wemby’ au sujet de la défense serrée des Warriors. « Nous n’avons pas eu de réponse assez forte. » Les Spurs ont ainsi manqué la perspective de signer deux succès de suite face aux Warriors, deux jours après leur victoire en Californie (126-113) acquise sans Wemby, ni Jeremy Sochan.

A l’issue de la rencontre, l’international français s’est montré rassurant sur l’état de sa cheville alors que son manager, Gregg Popovich a refusé de dire si sa pépite allait enchaîner dès ce mardi contre Houston. « J’ai eu un super rythme, de manière surprenante, je pensais galérer un peu plus », a-t-il déclaré en conférence de presse. « J’étais un peu maladroit avec mes mains, c’est ce que j’ai ressenti. Mais je suis content de mon rythme et ce sera important demain (ce mardi) pour le back-to-back (deux matchs en deux jours). Mon corps s’est bien senti et (la blessure) ce n’était pas le problème ce soir. »

Épisode 181 : Qui mérite le MVP cette saison ? Épisode spécial récompense (MVP, DPOY, ROY, etc...)
Épisode 181 : Qui mérite le MVP cette saison ? Épisode spécial récompense (MVP, DPOY, ROY, etc…)

Il a conclu son propos en revenant sur une des actions phares de la rencontre: le dunk impressionnant de Trayce Jackson-Davis sur lui à 1’13’’ de la fin du match. « Si j’avais plus de chance de faire faute que de contrer le tir, je n’irai pas bien sûr », a-t-il expliqué. « Dans 99% des cas, je peux y aller, donc j’y vais. Se faire dunker dessus, c’est rien, ça fait partie du jeu. Je dunke sur beaucoup de gens et beaucoup de gens me dunkent dessus, c’est comme ça. Mais je contre plus souvent que je me fais dunker dessus, c’est positif pour l’équipe. »

Source de l’article