Quatre joueuses françaises lançaient la journée de samedi à Indian Wells. Deux d’entre elles, Caroline Garcia, vainqueure de Viktoriya Tomova (6-1, 3-6, 6-3 ), et Diane Parry, tombeuse de Leylah Fernandez (7-5, 5-7, 6-2), tête de série 29, sont parvenues à rallier le troisième tour. Clara Burel, elle, a été sortie par Coco Gauff après avoir frôlé l’exploit (2-6, 6-3, 7-6 [4]). Et Océane Dodin n’a existé que durant le deuxième set face à Daria Kasatkina (6-3, 7-6 [5]).

Avant d’arriver à Indian Wells, Caroline Garcia restait sur une série de quatre défaites d’affilée, dont trois au premier tour. Tête de série numéro 20 dans le désert californien, la Française a parfaitement débuté la rencontre face à la 75e joueuse mondiale avant de retomber dans ses travers. Finalement, la Française a serré le jeu dans la troisième manche, conclue sur deux coups droits gagnants (6-1, 3-6, 6-3), pour s’offrir un choc face à la Grecque Maria Sakkari, tête de série 9, au troisième tour.

Face à Fernandez, le plus grand mérite de Parry (61e mondiale) fut de tenir le choc mentalement après avoir subi un break dès le début du troisième set (2-0). Malgré un pourcentage de premières balles presque rédhibitoire (40 %) et une flopée de doubles fautes (10), la Française a su prendre l’avantage en fond de court, grâce à son magnifique revers slicé et à des attaques de coup droit long de ligne. Elle a fini la partie comme une fusée, en empochant les six derniers jeux. C’est la première fois qu’elle se qualifie pour le troisième tour à Indian Wells, un stade qu’elle avait déjà atteint lors du dernier Open d’Australie. Elle y affrontera la gagnante du match entre Jessica Pegula (5e mondiale) et Anna Blinkova (45e).

Nul doute que Clara Burel se souviendra longtemps de ce cruel samedi en Californie. Sans complexe, souvent brillante en coup droit, elle a mené la vie dure à Coco Gauff, 3e mondiale, pas vraiment dans son assiette durant un set et demi. La Française a longtemps fait la course en tête. Face à une Américaine déboussolée au service (10 double fautes, dont six dans la première manche), elle a ainsi mené 6-2, 2-0, avant de céder cinq jeux d’affilée. Elle s’est ensuite détachée 4-0 dans le troisième set. Même si elle a cédé dans la foulée l’un de ses deux breaks d’avance, Burel est parvenue à servir pour le gain de la partie à 5-3. Mais elle a perdu alors son jeu, blanc. Gauff a survolé le tie-break conclusif (2-6, 6-3, 7-6 [4]en 2h16). Burel avait pourtant réussi 27 coups gagnants (contre 24) et commis seulement 22 fautes directes (contre 35).

Trop handicapée par un service erratique (48 % de premières balles), Océane Dodin n’a pu que s’accrocher aux branches face à Daria Kasatkina, 12e mondiale. Lâchée 6-3, 4-1, la Française est revenue pourtant à hauteur (4-4), avant de rallier le jeu décisif. Mais la Russe s’y est montrée trop solide (6-3, 7-6 [5]) .

Source de l’article