Carlos Alcaraz moins gâté que Novak Djokovic

Tout le monde imagine déjà une finale opposant les deux meilleurs joueurs du monde, Carlos Alcaraz et Novak Djokovic. A fortiori après leurs fantastiques affrontements en finale de Wimbledon (victoire d’Alcaraz), puis de Cincinnati (succès de Djokovic). Mais si la route semble dégagée pour le Serbe, qui se retrouve dans la même partie de tableau que Casper Ruud, Holger Rune et Stefanos Tsitsipas, c’est moins le cas pour l’Espagnol. Dès le troisième tour, il devra se méfier de Dan Evans, vainqueur cet été à l’ATP 500 de Washington.

En quarts de finale, il pourrait retrouver Jannik Sinner, qui vient de décrocher à Toronto le plus grand titre de sa carrière. Une affiche qui fait rêver : il y a un an, à Flushing Meadows, les deux joueurs s’étaient dépouillés pendant 5h15, lors d’un extraordinaire bras de fer, finalement gagné par Alcaraz, 6-3, 6-7, 6-7, 7-5, 6-3. Tout New York en redemande.

Du flou chez les outsiders

Derrière le tandem de cadors et Sinner, un flou existe sur le niveau du moment des outsiders. Hormis Stefanos Tsitsipas (gagnant à Los Cabos) et Taylor Fritz (vainqueur à Atlanta), les vassaux d’Alcaraz et de Djokovic n’ont pas éclaboussé l’été. Vainqueur à New York il y a deux ans, Daniil Medvedev devra écarter successivement Borna Coric (3e tour) , Alex de Minaur et Andrey Rublev. Loin d’être gagné. Casper Ruud et Holger Rune pourraient se retrouver en quarts de finale, mais rien n’est moins sûr. À noter un intrigant Sinner-Zverev en huitièmes de finale.

Des premiers tours pétillants

Un format à 32 têtes de série rend évidemment plus rares les chocs au premier tour. Mais certains matches vaudront le coup d’oeil. À commencer par le duel entre Corentin Moutet et Andy Murray, deux joueurs au caractère bien trempé. Etincelles à prévoir. Parmi les affiches, on peut également pointer du doigt Bublik-Thiem et Tsitsipas-Raonic. Quant à John Isner, qui fera ses adieux à la compétition à New York, il jouera au premier tour contre l’Argentin Facundo Diaz-Acosta.

Les Français, treize à table

Treize Français intègrent le tableau final. Parmi eux, Benjamin Bonzi, grâce à une wild card, et Gaël Monfils, 163e mondial mais qui bénéficie d’un classement protégé. Fait devenu presque remarquable : deux d’entre eux sont têtes de série, Adrian Mannarino (22) et Ugo Humbert (29). Le premier tombe au premier tour sur Yozuko Watanuki (88e mondial), le second sur Matteo Berretini (36e mais finaliste à Wimbledon en 2021). Monfils jouera un qualifié avant de se coltiner Andrey Rublev (tête de série 8).

Arthur Fils et Luca Van Assche devront éliminer une tête de série dès leur entrée en lice (respectivement Tallon Griekspoor, n°24, et Nicolas Jarry, n°23) mais le plus mal loti est sans conteste Alexandre Muller, qui affrontera… Djokovic. Maximum bad luck. À signaler un premier tour entre Quentin Halys et Benjamin Bonzi. Pour l’anecdote, les deux avaient gagné Roland-Garros juniors en double, en 2014.

Source de l’article