Zapping Mais ! Club de football OM : Rongier, Guendouzi, Gueye, Veretout… Qui sacrifier au milieu ?

S’il s’était voulu très virulent à l’issue de l’élimination de l’OM face au Panathinaïkos (2-1, 3-5 aux tab), Daniel Riolo a atténué son propos dans l’After Foot. Pour lui, plus que le ridicule marseillais qu’il avait pointé du doigt, c’est d’abord un problème de représentation du foot français en Europe.

Riolo entend les excuses de l’OM mais …

« Ce qui est catastrophique, c’est de perdre contre cet adversaire-là. Notre football n’y arrive jamais avec ce tour préliminaire. L’OM va viser le podium cette saison, l’Europa League peut leur permettre de réaliser une belle aventure… Donc évidemment que tout n’est pas à foutre à la poubelle et que la saison n’est pas déjà un échec. Mais forcément quand tu changes tout comme cela, et avec une préparation brève c’est dur d’être performant tout de suite. Maintenant, à chaque fois que tu cherche une excuse de ce type tu te heurtes au mur : « Oui mais c’était le Pana en face »… C’est ça qui m’a mis hors de moi… Oui ils ont fait un bon match, oui il y a eu un truc de fou avec l’arbitrage, mais il y en marre que nos clubs perdent contre ces équipes. c’est ça que moi je n’arrive pas à digérer… »

Pas sûr toutefois que ces déclarations permettent de renouer le lien très distendu entre le polémiste de RMC et le microcosme marseillais…

Pour résumer

Daniel Riolo explique pourquoi il a chargé l’OM après l’élimination face au Panathinaïkos en Ligue des Champions. S’il entend les excuses du club olympien, il ne digère pas qu’on justifie la sortie par la qualité de l’adversaire…

Alexandre Corboz

Source de l’article