David Aubry, 8e de la finale du 1500 m en 14’56 »63 : « Cette course était compliquée. Je nage deux fois sous les quinze minutes, c’est pas mal. J’ai commencé l’année avec onze kilos en trop et là je finis deux fois sous les quinze minutes. La course s’est emballée dès le début et je n’ai rien pu faire. J’ai essayé de suivre mon plan de départ mais c’était beaucoup trop dur. Au bout de 500 mètres, les bras lourds, les jambes lourdes, ça devenait de plus en plus compliqué. J’ai fait ce que j’ai pu, je voyais le Hongrois (Kristof Rasovszky) qui me remontait et je n’ai rien pu faire pour le contrer. Honnêtement, je n’ai aucun regret. Je sais que j’ai encore à bosser pour l’année prochaine. On va se remettre au boulot. C’était déjà un exploit que j’aille en finale. J’ai nagé trois fois sous les quinze minutes cette année, c’est un bonheur car je sais que cette année a été concluante. »

« C’est compliqué car on n’a toujours pas ces quatre filles au niveau international »

Charlotte Bonnet, l’une des membres du relais 4x100m 4 nages, 8e

Les filles du relais 4×100 m quatre nages, 8e en 3’59 »24 :

Charlotte Bonnet : « On ne peut pas être déçues de ce relais parce qu’on est dans une configuration assez spéciale. J’étais prévue pour faire du crawl il y a encore un an et on n’avait pas de brasseuse. Aujourd’hui, on a une brasse correcte et on n’a pas forcément une crawleuse au niveau des filles. C’est compliqué car on n’a toujours pas ces quatre filles au niveau international. On fait avec les armes du jour. C’est une fin de semaine, tout le monde est fatigué. Il y en a qui ont fait beaucoup plus de courses. Même Lison qui n’était venue que pour les relais, elle a quand même fait les relais. Avec le manque d’expérience et le stress, c’est difficile à gérer en fin de semaine. On n’a pas à rougir de la performance en mettant de côté le temps qui n’est pas terrible. On fait partie des huit meilleures mondiales, il ne manquait personne. C’est ça qu’il faut retenir. »

Marie Wattel : « Épuisée. Dans l’incompréhension aussi, je ne comprends pas pourquoi je me prends sept dixièmes par rapport à ce matin. Je suis déçue de ma performance pour le relais, je pense qu’on valait mieux, c’est moi qui suis… (larmes, Charlotte Bonnet la console et lui dit non). »

Pauline Mahieu : « Pareil, je suis très déçue. Je rate mon départ et je n’ai pas su passer outre. J’ai essayé toute la course de rattraper et du coup, je ne suis plus dans ma nage. Ça a été dur, j’ai essayé de m’arracher. C’est dur d’être loin comme ça, je nage une seconde plus vite il y a trois jours. Je suis déçue pour ce relais mais en même temps, l’objectif était de rentrer dans cette finale. Je suis fière qu’on l’ai fait et c’est sûr qu’on fera mieux l’année prochaine. »

Lison Nowaczyk : « C’était surtout prendre de l’expérience parce qu’à la base, je n’étais pas prévue pour ce relais. On a réussi l’objectif ce matin d’être dans les huit premières. Ce soir, on aurait toutes voulu faire mieux, on a donné le maximum. C’est le principal, on s’est amusé, on est là, c’est déjà bien. Personnellement, je suis contente. (Sur l’expérience avec les Bleues) Franchement, quand je suis partie de chez moi, j’ai pleuré. Mon chat me manquait trop mais c’était super cool. Je me suis bien intégrée, je ne regrette pas du tout, j’ai passé trois semaines incroyables et j’espère que je serai de nouveau là l’année prochaine. »

Source de l’article