David Tebib, seul candidat en lice, a été élu lundi à la présidence de la Ligue nationale de handball (LNH), fonction qu’il occupait par intérim depuis la démission le 26 janvier de Bruno Martini après sa condamnation pour corruption de mineur et enregistrement d’images pédopornographiques.

Ancien gardien des Bleus, Bruno Martini était l’un des joueurs les plus capés avec 202 sélections à son actif. Joueur dans les plus grands clubs français et européens, il avait était élu président de Ligue en novembre 2021. Condamné à un an de prison avec sursis et 2500 euros d’amende pour détournement de mineurs, Bruno Martini a démissionné le 26 janvier dernier. David Tebib a ensuite assuré l’intérim.

Seul candidat en lice, il a été élu unanimement ce lundi par les 15 membres du comité directeur de la LNH, une élection ensuite ratifiée à 82% par l’assemblée générale. Il avait déjà occupé cette mission en 2020 suite au départ d’Olivier Girault. Le président de Nîmes âgé de 52 ans s’occupera du handball professionnel masculin en 1re et 2e divisions.

Tebib salue le travail de Bruno Martini

David Tebib a tenu à rendre hommage à son prédécesseur devant la presse : « Je n’oublie pas la continuité, malgré ce qu’on a connu ces derniers mois avec Bruno, et je lui rends pleinement hommage sur la collaboration qu’on a eue. Je décorrèle complètement la partie vie privée et professionnelle ». Ses objectifs sont multiples, il souhaite une « rénovation des compétitions à partir de la saison 2024-2025 », expliquant que « tout le champ des possibles était ouvert », dont le passage à un format de play-offs pour décerner le titre de champion de Starligue.

L’élection de Tebib est synonyme de nouveauté : il souhaite apporter un élan de modernité au hand ainsi qu’ »augmenter la visibilité de nos championnats » en dépoussiérant l’image du sport et en attirant « un public plus jeune » en sortant du socle existant. Afin de « sécuriser et développer l’économie des clubs », il aspire à créer une feuille de route qui pourrait passer par la création d’une société commerciale sur le modèle de la Ligue professionnelle de football.

Bien qu’il ait assuré quitter la présidence de l’Union des clubs professionnels de handball, il souhaite garder la tête de l’USAM Nîmes Gard ce qui pourrait créer un conflit d’intérêt entre lui et les autres clubs.

Par Elise Artigau avec AFP

Source de l’article