Plus d’une centaine de militants pour la cause animale ont été arrêtés ce week-end pour avoir manifesté lors de la fameuse course du Grand National en Angleterre. Un entraîneur les accuse d’avoir indirectement provoqué la mort de son cheval en pleine course.

La course de chevaux la plus populaire du Royaume-Uni a vécu un week-end de chaos. Le Grand National, organisé chaque année depuis 1835 à Aintree (à proximité de Liverpool), a été perturbé par des manifestants de l’association Animal Rising, défendant la cause et le bien-être animal. Le départ de la célèbre course de steeple-chase dimanche a été retardé par la tentative d’intrusion de plusieurs dizaines de leurs membres sur l’hippodrome. Au moins deux auraient réussi à s’accrocher à des obstacles, alors que 118 personnes au total ont été interpellées par les forces de l’ordre pour « nuisance publique ». Selon la police, neuf d’entre elles avaient réussi à pénétrer sur le champ de course.

« Des ignorants qui n’ont absolument aucune idée du bien-être des chevaux »

Les manifestants protestaient contre la mort des chevaux de course, dont les souffrances sont souvent abrégées après de graves blessures provoquées par des chutes et l’exigence du parcours. Un cheval, Hill Sixteen, est ainsi mort dimanche après avoir heurté le premier obstacle, portant à trois le nombre d’équidés décédés durant cette édition 2023 qui s’étend sur plusieurs jours.

Ce lundi, l’entraîneur de Hill Sixteen a pointé du doigt la responsabilité des manifestants et du retard du départ (donné 14 minutes après l’horaire initial) provoqué par leur action. « Tout le monde est devenu très tendu, très instable et tout cela a été causé par ces soi-disant amoureux des animaux qui sont en fait ignorants et n’ont absolument aucune idée du bien-être des chevaux », a déclaré Sandy Thomson l’émission Today de la BBC Radio 5.

Après avoir revendiqué l’action de protestation, le groupe de défense des droits des animaux Animal Rising a adressé un message de soutien après l’annonce de la triste nouvelle. « Nous présentons nos plus sincères condoléances à toute personne liée à Hill Sixteen ou qui a été touchée par sa mort. Les décès et les blessures des chevaux sont une conséquence inévitable de la façon dont nous utilisons les animaux pour le sport. »

En plus de la mort de Hill Sixteen, un autre cheval Dark Raven a été abattu samedi après une chute, tandis qu' »Envoye Special » a subi une blessure mortelle jeudi, précisent les médias anglais. Le Grand National, institution régulièrement critiquée pour la dangerosité de son parcours, a modifié son tracé en 2012 pour réduire les accidents. Selon la BBC, il y a eu, depuis, cinq décès sur les 395 coureurs ayant pris le départ.

« Si nous regardons les neuf dernières années depuis que le parcours a été modifié, il y a eu en moyenne moins de deux chutes aux deux premiers obstacles, a poursuivi Thomson pour qui l’hécatombe est due à la tension provoquée par l’intrusion de manifestants. Cette année, tout le monde s’est énervé à ce sujet – chevaux, jockeys – et il y a eu huit chutes sur ces deux premiers obstacles. Nous avançons continuellement et nous essayons continuellement de rendre le sport plus sûr. »

Source de l’article