Roman Abramovitch a-t-il permis de contourner les règles du fair-play financier via des versements secrets ? C’est une piste de conclusion de l’enquête « Cyprus Confidential », menée par le Consortium international des journalistes d’investigation et publiée mercredi par plusieurs médias dont Le Monde. L’étude de documents de cabinets de services financiers chypriotes a révélé qu’Abramovitch, propriétaire de Chelsea de 2003 à 2022, a versé personnellement via des sociétés offshore plusieurs dizaines de millions d’euros à des personnalités liées à son club.

Des versements liés aux transferts de Hazard et Eto’o

Selon l’enquête « Cyprus Confidential », 10 millions de livres (11,2 M€) ont été versés en 2017 via une société offshore à l’agent italien Federico Pastorello. Cela pourrait correspondre à une commission occulte au moment du renouvellement du contrat de l’entraîneur Antonio Conte, vraisemblablement représenté par Pastorello. Toujours selon cette enquête, l’agent d’Eden Hazard, John Bico Penaque, aurait touché via une société écran 6,5 M€ en 2013, quelques mois après la signature de l’attaquant belge. La justification officielle, des services « liés à la recherche et au conseil dans le domaine du sport », laisse penser également à des commissions non déclarées. Ces versements secrets concerneraient aussi les transferts de Samuel Eto’o et de Willian.

Selon Le gardiences transactions pourraient être contraires aux règles du fair-play financier mais aussi aux règles du football anglais, concernant la sincérité des comptes et la déclaration des commissions versées aux agents et intermédiaires. « S’il est prouvé que le club a utilisé des transactions avec des tiers pour contourner les règles de rentabilité et de durabilité, les sanctions seront soit une pénalité financière, soit un retrait de points [dans le Championnat] », explique l’universitaire Kieran Maguire.

Source de l’article