L’équipe de France de volley s’envole vendredi pour le Japon où elle disputera la première étape de la Ligue Mondiale, dont les Bleus sont tenants du titre. Blessé au pied droit, un des deux libéros tricolores, le Narbonnais Luca Ramon, a dû déclarer forfait pour cette étape nippone. Le Tourquennois Thibault Loubeyre sera le second libéro tricolore aux côtés de Benjamin Diez.

Luca comment vous êtes-vous blessé au pied droit ?

Je suis arrivé amoindri pour cette préparation des Bleus à la Ligue Mondiale. Une douleur au pied droit est apparue au début des playoffs avec mon club de Narbonne. J’ai eu des hauts et des bas jusqu’au tournoi de qualification européenne, pour la 5e place. J’ai dû toujours jouer car j’étais le seul libéro des Centurions. Après une semaine de repos, la douleur était toujours présente lors de mon arrivée au stage des Bleus. Avec l’intensité des entraînements et à force de compenser, le 4e métatarse ne semble pas avoir tenu. Je fais des examens lundi à Tours pour confirmer ou pas une fracture de fatigue.

Vous déclarez forfait pour toute la Ligue Mondiale ?

Objectivement, je pense que c’est terminé. Si c’est une simple inflammation, je pense que j’en ai pour 2-3 semaines selon le docteur de Tours. Il faut reprendre ensuite une préparation physique. Je pense que c’est terminé mais on ne sait jamais. Je me tiendrai prêt si Andrea Giani et l’équipe de France ont besoin de moi.

C’est une énorme déception puisque vous étiez l’un des deux libéros des Bleus pour cette Ligue Mondiale au Japon, avec Benjamin Diez, et vous deviez vous envoler vendredi pour Nagoya ?

Oui bien sûr. J’avais l’occasion de jouer deux matchs lors de cette étape japonaise de la VNL, et l’autre libéro de l’équipe tricolore Benjamin Diez aurait fait les deux autres rencontres. Cela aurait été ma première sélection. Je suis forcément très déçu.

Vous avez été élu meilleur libéro de Ligue A masculine avec Narbonne. Qu’a-t-il manqué aux Centurions en playoffs, éliminé en 5 matchs en quarts par Tourcoing ?

On a manqué de constance. Toute la saison, on a été très bon à l’extérieur mais très irrégulier à domicile. Nous avions une équipe capable de battre les touts meilleurs tout en réalisant des « non-matchs » face à des formations que nous devions battre. Contre le TLM, on a aussi été inconstant avec 2 super matchs mais Tourcoing a su l’emporter au cinquième match décisif.

Pourquoi avoir signé à Tours la saison prochaine ?

Je signe dans le meilleur club de France et c’est chez moi. Donc c’est très spécial. C’est une étape à passer dans ma carrière car au TVB on joue avec la pression, il faut gagner des titres. J’ai hâte de voir si je suis capable de relever le défi. C’est une progression naturelle après Poitiers qui j’ai choisi pour me lancer puis Narbonne pour confirmer, pour jouer le haut du tableau et enfin Tours pour aller chercher un titre.

Pour finir on revient sur les Bleus. Qu’avez-vous appris de cette préparation et du coach Andrea Giani ?

C’est une énorme expérience avec un groupe tout nouveau mais on se connaissait tous en ayant joué ensemble dans les sélections de jeunes et en A prime. On se connait très bien et on sait comment on joue, donc ça facilite les contacts. Andrea Giani est très charismatique et respecté. Comme le veut le très très haut niveau, il est très exigeant dans le bon sens du terme. En deux semaines avec les Bleus, je me suis enrichi en travaillant les détails, les fondamentaux et le petit jeu. C’était très très enrichissant.

Source de l’article