Diminué, Kevin Mayer a décidé d’abandonner après deux épreuves au décathlon lors des Mondiaux de Budapest ce vendredi. La douleur était trop grande pour le Français. C’était l’une des rares chances de médaille dans le clan tricolore.

Kevin Mayer a dit stop! C’était trop dur pour le Français ce vendredi lors de l’épreuve du décathlon à Budapest. Le natif d’Argenteuil, touché au niveau d’un tendon d’Achille, a pris la décision d’abandonner après seulement deux épreuves pour ne pas compromettre ses chances, l’année prochaine, aux JO de Paris.

Lors de la première épreuve, le 100 mètres, Kevin Mayer avait réalisé un temps moyen de 10″79. Il avait terminé 2e de sa série et 14e après la première épreuve avec 908 points. Pour rappel, son record personnel est de 10″50.

Pas au niveau espéré dans les deux premières épreuves

Ensuite, Kevin Mayer s’est attaqué à la deuxième épreuve, le saut en longueur, la dernière avant son abandon. Il a effectué un premier saut à 7,14 mètres. S’il a mordu sur son deuxième saut, il a signé un troisième saut à 7,25 mètres.

C’est à ce moment que les vrais signes de douleurs sont apparus. Il grimaçait et boitillait à la sortie du bac à sable. A l’issue de ces deux épreuves, Kevin Mayer comptait 1782 points et était classé 16e. Pendant ce temps, le champion olympique canadien, Damien Warner, caracolait en tête avec 2020 points.

Trop diminué physiquement, Kevin Mayer a alors décidé de jeter l’éponge. Peu de temps après son abandon, le recordman du monde de la discipline s’est exprimé au micro de France TV : « Je savais que ça allait être très compliqué. Je tiens à remercier mon staff. J’aurais pu aller plus loin mais je n’aurais pas pu terminer le décathlon. Je ne faisais pas de bonnes performances. Il faut s’avouer vaincu à un moment donné et repartir de plus belle pour les JO de Paris l’année prochaine. Ce n’est pas passé cette année. »

Le clan Mayer va désormais devoir se pencher sur le calendrier des décathlons des mois à venir, car il n’est pas qualifié, à l’heure actuelle, pour les Jeux. Il devra réussir pour cela les minima entre temps. La Nouvelle-Zélande, l’Australie ou la Réunion sont envisagés en fin d’année, voire les Etats-Unis au printemps 2024.

Hugo Juste avec Aurélien Tiercin

Source de l’article