Ils ont signé la meilleure carte de la journée (64), avec Xander Schauffele (5e, -12), et pris logiquement la tête du tournoi. Viktor Hovland et Colin Morikawa n’ont pourtant vécu exactement le même deuxième tour. Encore prodigieux au retour (cinq birdies entre le 12 et le 17), ne ratant quasiment rien sur la lancée de son triomphe la semaine passée sur le BMW Championship, le Norvégien a presque fini sur une note amère avec un par au 18, qui s’est arrêté à la lisière de l’eau, l’empêchant d’attaquer le green de ce dernier Par 5 en deux.

Seul tout petit bémol d’un vendredi idyllique malgré un bogey au 7, presque anecdotique vu le récital global : « Je touche beaucoup de fairways, je drive bien, je rentre quelques putts, c’est plutôt bien tout ça. Quand tu crées une dynamique, t’essaies juste de la garder. Après, sur le 18, c’était un peu exaspérant de se retrouver dans une telle position (après un kick presque trop favorable qui l’a fait rouler 50m). J’ai hésité sur le coup à jouer mais il y a des risques de finir dans le bunker de gauche du green et mon caddie m’a prévenu du danger, donc j’ai changé d’option. Rory (McIlroy) avait connu des misères au même endroit il y a quelques années, je m’en suis souvenu au moment de trancher. »

Morikawa d’une propreté absolue

De son côté, Collin Morikawa n’a toujours pas commis le moindre bogey depuis le début du tournoi. Après son 61 magique initial, l’Américain a enchaîné en étant d’une propreté absolue et en signant, lui, un birdie au 18 qui lui a permis de rejoindre la tête au meilleur des moments : « Je ne me suis jamais aussi bien senti depuis deux ans environ. J’ai bien profité du début de semaine pour régler quelques trucs au putting. Mentalement, je me sens vraiment bien. Le vent va baisser et les scores vont baisser aussi. »

Plus propre que la veille (5 birdies, 0 bogey) et sans voyage dans l’eau (triple bogey au 15 jeudi), Scottie Scheffler est en embuscade derrière le duo de tête. Si Jon Rahm s’est replacé sur cette finale à handicaps, définis en fonction du classement de la FedEx après le BMW (5e, -12), Rory McIlroy continue de lutter autant contre le parcours que contre des douleurs lombaires (7e, -10) : « J’ai eu l’impression d’avoir un peu plus de vitesse dans mon mouvement mais c’est toujours difficile de faire traverser mon côté droit. Je me sens mieux avec les fers longs car je peux rester plus droit. » Droit comme un I dans la tempête, le Nord-Irlandais aura toutefois du mal à conserver son titre vu son état physique et celui d’euphorie des joueurs postés en haut du leaderboard.

Source de l’article