Ex-champion de France des poids moyens, Julien Marie-Sainte est décédé vendredi à Marseille, à l’âge de 42 ans, des suites d’un arrêt cardiaque. « C’est arrivé il y a une dizaine de jours, précise Nasser Lalaoui, son ancien entraîneur du CSL Aulnay-sous-Bois. Il a été placé sous respirateur artificiel. La machine a été débranchée vendredi. C’est un véritable drame. Après un décès, on a tendance à dire du bien. Mais Julien, c’était vraiment quelqu’un de très bien élevé, gentil. Et quel boxeur. Il avait un style offensif, avec une garde hermétique. Quand il montait sur un ring, il cherchait le K.-O. »

Né à Cherbourg, où il découvrait tardivement la boxe, demi-finaliste des Championnats de France amateurs à -75 kg en février 2005, Marie-Sainte passait professionnel un an plus tard. Il battait François Bastient aux points pour le titre national vacant en 2010 à Levallois (Hauts-de-Seine), titre qu’il conservait quatre fois, en particulier aux points face à Affif Belghecham à l’issue de dix rounds d’une rare intensité (2011, Aulnay-sous-Bois).

Opéré d’une rupture du biceps gauche, il ne connaîtra plus la même réussite. En Championnat d’Europe, il était arrêté au troisième round contre l’Ukrainien Maksym Bursak (2013 Aulnay). Deux ans plus tard, il raccrochait les gants avec 37 victoires (dont 26 avant la limite), 1 nul et 7 défaites, la plupart en fin de carrière. Il devenait éducateur spécialisé et s’installait à Marignane, près de Marseille.

À son épouse, à ses trois enfants, à sa famille, L’équipe présente ses condoléances les plus émues.

Source de l’article