La France connaît enfin son adversaire pour les huitièmes de finale de l’Euro de volley. Qualifiées depuis dimanche et un troisième succès à Talinn contre la Finlande (3-0), les Bleues, deuxièmes du groupe D, affronteront la Roumanie, troisième du groupe B, samedi à Florence, en Italie. En repos mardi soir, comme les Françaises, les Roumaines sont restées au même rang grâce à la victoire de la Bulgarie sur la Suisse (3-1 : 21-25, 25-23, 25-17, 25-13).

« Les Roumaines ont bataillé pour obtenir ce ticket (trois tie-breaks disputés en cinq matches), elles ont la chance d’avoir vingt-quatre heures de récupération en plus, comme nous, mais à mon sens, elles seront peut-être un peu entamées physiquement »estime Félix André, l’entraîneur-assistant des Françaises. Deuxièmes de leur groupe avec un seul revers, mardi contre les Pays-Bas (1-3), les Bleues héritent d’un tirage abordable, sur le papier. La Roumaine pointe au 32e rang mondial alors que la France a attaqué l’Euro au 14e rang après son succès en Challenger Cup et compte retrouver les quarts de finale européens, comme en 2021.

Deux confrontations en 2021

La sélection du coach espagnol Guillermo Naranjo Hernandez a croisé la route d’Héléna Cazaute et ses coéquipières à deux reprises en 2021 en Golden League européenne. Une double confrontation soldée par une courte défaite française (2-3) puis une large victoire des joueuses d’Émile Rousseaux (3-0). « Elles ont des arguments offensifs pour nous embêter, prévient toutefois André. Leur réceptionneuse-attaquante (Adéline) Budain-hongrois (1,87m) joue à Pinerolo, dans le Championnat italien, et elle est déjà aguerrie au haut niveau même si elle n’a que 23 ans, comme leur pointue (Élisabeth) Inneh-Varga (1,92m, 24 heures). »

Une fois sur le sol italien, les Bleues espèrent s’entraîner dès demain après-midi, en attendant le verdict sur l’horaire de leur huitième de finale : 18 ou 21 heures selon le choix de la RAI pour l’autre affiche de samedi, entre l’Italie et l’Espagne, adversaires potentiels de la France en quarts.

Source de l’article