Marion Rousse, compagne de Julian Alaphilippe, a réagi avec fermeté aux violentes attaques de Patrick Lefevere, patron de la formation Soudal Quick-Step, contre elle et le coureur français.

Marion Rousse sort du silence au lendemain des attaques de Patrick Lefevere, patron de la formation Soudal Quick-Step, contre elle et Julian Alaphilippe, son compagnon. « Je pense que chez lui, il y a eu trop de fêtes et trop d’alcool », a lancé le dirigeant belge dans le journal flamand . « Julian est sous la coupe de Marion (Rousse, sa compagne, NDLR). Je lui ai parlé en novembre. Nous étions avec Marion et son manager Dries Smets. J’ai dit: ‘Ça ne peut pas continuer comme ça. Si tu fais encore quelque chose de mal, je te vire sur-le-champ’. »

« En aucun cas je ne vous permets de parler de ma vie privée »

Une sortie incendiaire que Marion Rousse n’a pas digéré. « Quels que soient les sentiments de Monsieur Lefevere à mon égard, il est inadmissible de s’attaquer comme il le fait à notre vie privée. Alors non, je ne bois pas d’alcool, jamais même. Raté pour les fêtes également car avec un petit de 3 ans nous préférons être en forme le matin 😉 Vous ne réussirez pas non plus, comme vous me l’avez déjà évoqué, à m’empêcher de travailler pour m’occuper et rester auprès de Julian le temps de sa carrière. »

« Les missions que j’exerce me passionnent et sachez que j’ai plein de projets », ajoute la directrice du Tour de France féminin. « Mais je vous le dis, en aucun cas je ne vous permets de parler de ma vie privée. Merci désormais de cesser de parler à tort et à travers et de faire preuve de davantage de respect et… de classe. »

Depuis plusieurs mois, le patron de la formation belge multiplie les attaques contre le double champion du monde (2020, 2021) en fin de contrat à l’issue de la saison. Il lui reproche notamment une baisse des performances en décalage avec ses émoluements.

En janvier, il a annoncé qu’il ne le retiendrait pas sur le prochain Tour de France en des termes brutaux. « A priori non, parce que voir Julian en 100% domestique de Remco Evenepoel, je n’aime pas cette image-là. Je pense que le Giro (du 4 au 26 mai) convient à son style de coureur impulsif, pas toujours intelligent, mais que les gens aiment. »

Source de l’article