La Rochelle, double tenante du titre, retrouvera le Leinster, sa victime des deux dernières finales, dès la phase de poules de la Champions Cup 2023-2024, dont le tirage au sort a été effectué ce mercredi à Londres.

La prochaine édition de la Champions Cup, ouverte depuis l’an dernier aux franchises sud-africaines, marquera le retour à un format « multi-poules », au sein desquelles des équipes d’un même championnat ne se rencontreront pas directement. Son tirage au sort a été effectué ce mercredi.

La Rochelle et le Stade français dans la poule la plus relevée, Toulouse s’en sort bien

En plus des Irlandais du Leinster, les Rochelais et le Stade français affronteront dans la poule 4, de loin la plus relevée, deux quarts-de-finalistes de la saison passée, Leicester et les Stormers sud-africains, ainsi que Sale, finaliste du championnat d’Angleterre. Toulouse, nouveau champion de France, a hérité d’un tirage nettement plus favorable dans la poule 2, en compagnie du Racing 92, avec les Harlequins, Bath, Cardiff et l’Ulster.

Toulon, lauréat de la dernière Challenge Cup, et Bayonne, qui participera pour la première fois à la Champions Cup, s’attaqueront à deux gros morceaux dans la poule 3: Exeter, demi-finaliste cette année, et le Munster, vainqueur de l’United Rugby Championship (URC), championnat regroupant des équipes galloises, irlandaises, italiennes, écossaises et sud-africaines.

Finale le 25 mai au Tottenham Hotspur Stadium

Bordeaux-Bègles et Lyon seront eux opposés dans la poule 1 aux Saracens, champions d’Angleterre, et aux Bulls sud-africains. Les quatre premiers de chaque poule de six seront qualifiés pour les huitièmes de finale. La première journée de la compétition aura lieu les 8, 9 et 10 décembre et la finale se jouera le samedi 25 mai au Tottenham Hotspur Stadium de Londres.

En Challenge Cup, Montpellier, champion de France 2022, a été placé dans la même poule que les Ospreys gallois et les Lions sud-africains. Castres et Clermont auront eux pour principaux adversaires dans la poule 3 les Anglais de Gloucester et les Ecossais d’Edimbourg.

Source de l’article