A l’occasion de la semaine olympique française de la voile s’achevant ce samedi à Hyères dans le Var, de nombreux athlètes français se sont hissés en finale du kitefoil. Laurianne Nolot s’est imposée chez les femmes, et Axel Mazella chez les hommes.

La semaine olympique française de voile s’achève ce samedi à Hyères dans le Var. A 454 jours des Jeux, et avant le Test Event qui aura lieu à Marseille en juillet un an avant les JO, l’une des disciplines a confirmé qu’elle comptait de nombreux athlètes français talentueux: le kitefoil.

Sept Français en finale

Pour les novices, le kitefoil se pratique sur une planche équipée d’un foil (une quille en carbone d’environ 1 mètre) qui élève la planche au-dessus de l’eau, une planche évidemment tractée par une voile. Les conditions de vent étaient bonnes sur la côte varoise ce samedi et la concurrence internationale était rude. Malgré cela, sept Français étaient en « finale » parmi les dix garçons et les dix filles qualifiés ce samedi. Et les deux médailles d’or ont été remportées par des Français !

Les deux vainqueurs étaient favoris après les épreuves de la semaine, ils ont confirmé ce samedi: Laurianne Nolot, chez les femmes, et Axel Mazella, chez les hommes. Un signal fort, même si rien n’est joué pour les qualifications, qui se décideront au printemps 2024. Dans cette discipline spectaculaire, une Française a également glané une médaille de bronze, il s’agit de Jessie Kampman.

« Sur la mer c’est la guerre »

Laurianne Nolot confiait d’ailleurs cette semaine que dans cette famille du kitefoil, il allait falloir mettre les sentiments de côté: « Il faut faire la différence entre la terre et la mer. Sur terre on est potes, sur la mer c’est la guerre. Avec l’arrivée des Jeux, il y a de plus en plus de concurrence et on est obligé de penser à soi car il n’y aura qu’un sélectionné et une sélectionnée. L’ambiance reste bonne même s’il y aura des hauts et des bas. Mais pour le moment, on survit !.. » Le kitefoil a même brillé sur la Méditerranée cette semaine.

Florent Germain et Maxime Tilliette, à Hyères (Var)

Source de l’article