Paris repart de l’avant en Liqui Moly Starligue. Le champion en titre, malmené par Toulouse dimanche dernier (29-29) a retrouvé le goût de la victoire malgré une fin de match difficile, ce samedi à Coubertin contre Chambéry (34-33). Toujours invaincu, il va passer la trêve internationale avec cinq points d’avance sur Nantes en tête du classement.

Nikola Karabatic a quitté le terrain un peu sonné (33e) après un gros choc avec Queïdo Traoré, qui l’a heurté avec son bras au niveau du cou et a écopé d’un carton rouge. Mais le club parisien se voulait rassurant à la fin du match.

Les Savoyards ont réussi une solide première période (10-11, 21e ; 17-15 à la pause) avant de plonger devant les missiles d’Elohim Prandi (10 buts dont 5 en l’espace de 6 minutes en fin de première période) et les arrêts d’Andreas Palicka (30-23, 47e). Combatifs à l’image de Gustavo Rodrigues (7 buts), tout heureux d’être revenu de blessure pour « jouer un dernier match contre Niko (Karabatique), cette légende »ils sont cependant revenus souffler dans la nuque des Parisiens en toute fin de match (32-31, 58e).

Il a fallu un but en infériorité numérique de Kamil Syprzak et une nouvelle parade décisive du gardien suédois sur Benjamin Richert pour sceller le succès du PSG. « Les Chambériens étaient très concentrés ; on leur a laissé des occasions pour marquer deux trois buts de suite, après ils ont pris confiance alors qu’on avait quelques doutes sur la fin, observait Ferran Solé, encore précieux (5/7 au shoot) même s’il a vu s’arrêter son incroyable série de 24 buts sans manquer un tir. C’était une erreur de notre part, mais on a su sauver cette victoire. »

Cette troisième défaite de rang après celles à Saint-Raphaël (35-34) et contre Chartres (25-30) laisse Chambéry à la 9e place, à déjà 8 points de Toulouse et de la 4e place, la dernière qualificative pour l’Europe. « C’est très frustrant car on échoue à une marche du Graal, avouait l’ailier gauche Arthur Anquetil. On avait bien bossé toute la semaine, on avait identifié quelques failles chez eux et on a poussé dessus. On a couru derrière le score tout le match, mais on s’est accrochés. »

Source de l’article