Zapping Sports Quotidiens Les meilleures vidéos

Un véritable fiasco. Difficile d’évoquer autrement le sort de l’équipe de France lors de cette Coupe du monde de basket. Arrivés avec des ambitions de médaille d’or, les vice-champions d’Europe et Olympique quittent déjà la compétition, après deux petits matches et autant de défaites. Dos au mur après leur lourd revers en ouverture contre le Canada, les joueurs de Vincent Collet ont dilapidé leur avance face à la Lettonie ce dimanche. Après la rencontre, Nicolas Batum a tiré la sonnette d’alarme au micro de Être au sportregrettant notamment l’absence de Thomas Heurtel pour des raisons politique (le meneur évolue en Russie) : « à chaud, c’est une grosse déception, c’est sûr, on a craqué mentalement, physiquement, ils ont été très forts, on n’a pas été ensemble. On ne peut pas leur retirer. Ce match caractérise ce qui s’est passé depuis cinq-six semaines. On est une très bonne équipe, on l’a montré depuis plusieurs années. Tout le monde doit se remettre en question après ce qui s’est passé cet été : coaches, joueurs, Fédération, là-haut. Qu’on se prive de certains, qu’on perde des joueurs à cause de certaines conditions. »

« J’ai foiré ma dernière Coupe du monde »

Alors qu’il disputait sa dernière Coupe du monde, Nicolas Batum s’inquiète, à un an des Jeux Olympiques de Paris : « c’était ma dernière Coupe du monde, j’ai loupé des étés mais j’ai tout fait pour ce maillot. Quand on se prive de certains gars… On est ensemble, ça fait des années qu’on mettait quelque chose en place… Les joueurs, on a déconné, mais il faut une grosse remise en question de beaucoup de personnes. Il me reste une année en équipe de France. On a besoin de tout le monde à Paris, des meilleures conditions, de tout le monde. Je n’en ai rien à foutre de ce qui est politique, il nous faut la meilleure équipe de France possible. J’ai foiré ma dernière Coupe du monde »

Pour résumer

L’équipe de France de basket a été éliminée au premier tour de la Coupe du monde, après deux défaites en autant de rencontres. Alors que les Bleus visaient la médaille d’or, Nicolas Batum a poussé un gros coup de gueule.

Arnaud Déchelotte

Source de l’article