Répétition générale des Jeux à près d’un an de l’échéance (28 juillet-8 août 2024), le Test Event a pris fin ce dimanche après-midi dans la rade sud de Marseille. L’événement s’est révélé fructueux pour l’équipe de France qui a remporté cinq médailles dont quatre en or.

Dernier à entrer lice, Nicolas Goyard s’est imposé en planche iQfoil devant l’Allemand Sebastian Koerdel et l’Italien Nicolo Renna après avoir dominé la compétition durant toute la semaine. « Ça fait super plaisir de gagner à la maison et pour la France »lance le véliplanchiste qui revient au sommet de sa discipline après son échec aux Mondiaux 2022 à Brest.

« J’ai beaucoup appris, j’ai comblé certaines lacunes, mais je dois encore bosser quelques points faibles, poursuit-il. Ma vitesse est mon plus gros point fort. Je pense également avoir une capacité à rester mentalement lucide et concentré dans ma bulle longtemps. »

Quelques heures plus tôt, Erwan Fischer et Clément Péquin avaient terminé deuxièmes en 49er derrière les intouchables Néerlandais Bart Lambriex et Floris Van de Werken. « On s’est tout de suite sentis bien sur le plan d’eau, réagit Péquin. Ça nous tenait à coeur de faire une belle performance aujourd’hui. On a été consistants et dans le match sur l’ensemble de la semaine. »

« Il ne faut pas chercher à le minimiser, le bilan est exceptionnel. Les Français sont médaillés dans une série sur deux »

Philippe Mourniac, le directeur de l’équipe de France

« Il ne faut pas chercher à le minimiser, le bilan est exceptionnel, lâche Philippe Mourniac, le directeur de l’équipe de France. Les Français sont médaillés dans une série sur deux. Tout le monde a réalisé un Championnat solide, y compris ceux qui ne sont pas montés sur le podium. » « Nos leaders ont répondu présent en sachant qu’on avait défini ce Test Event comme l’objectif sportif de la saison, ajoute-t-il. La pression de courir à la maison ne les a pas tétanisés, au contraire. On a vécu une magnifique histoire tous ensemble qui va souder le groupe. »

« Même si certains ont forcément marqué des points en vue de la sélection pour les Jeux (un par série, la liste sera connue au printemps 2024)ça va donner encore plus envie à ceux qui n’étaient pas là de se battre. Rien n’est arrêté aujourd’hui, la route est encore longue. » Prochaine étape : les Championnats du monde à La Haye (Pays-Bas), du 11 au 20 août.

Objectif : faire mieux que les trois médailles de Tokyo

Pour Guillaume Chiellino, le DTN, le travail mis en place par la direction et son équipe paye. « On sent que les athlètes ont du potentiel et l’envie de briller, observe-t-il. Si on compare aux deux précédents Test Event, en 2015 à Rio, on avait obtenu cinq médailles, dont une en or, trois en argent et une en bronze, et en 2019 à Tokyo, deux médailles, une en or et une en argent. »

« Ces performances valident beaucoup de choses, mais il faut continuer à travailler dans tous les domaines, continue-t-il. Pour l’instant, on a réussi notre pari d’être médaillables dans six séries, je compte Jean-Baptiste Bernaz qui termine 5e en ILCA 7 (ex-Laser). »

« Quant à notre objectif pour les JO, je pense que celui fixé par notre président (Jean-Luc Denéchau) est juste, conclut Chiellino : faire plus de médailles qu’à Tokyo (soit trois, l’argent pour Charline Picon et Thomas Goyard en planche, le bronze pour Camille Lecointre et Aloïse Retornaz en 470) ou avoir plus de métaux précieux ! »

Source de l’article