Le deuxième but du PSG, inscrit par Kylian Mbappé mardi soir contre la Real Sociedad en huitième de finale retour de la Ligue des champions, encore plus que le premier, qui doit beaucoup au talent de l’international français, porte la marque de Luis Enrique.

C’était prévisible. Au sortir d’une séquence médiatique où il aura cristallisé les débats sur tous les plateaux de radio et de télévision, une prestation aussi brillante ne pouvait que le hisser en haut de l’affiche. Le premier réflexe des commentateurs a donc été de le porter aux nues, de mettre en évidence la performance individuelle de Kylian Mbappé, auteur du doublé qui a assuré la qualification du Paris Saint-Germain en quart de finale de la Ligue des champions.

Le prodige de Bondy est un finisseur redoutable devant le but, cela tout le monde le sait, nul besoin de rappeler les évidences. Mais, aussi talentueux soit-il, un attaquant de son calibre ne serait rien sans ses coéquipiers qui travaillent pour lui libérer les espaces ou lui adresser la dernière passe qui le mettra dans les meilleures conditions.

Du mouvement avec et sans ballon

« C’est une victoire collective, on est plus fort ensemble », a très justement déclaré le président Nasser Al-Khelaïfi à ses joueurs dans le vestiaire. Le sacrifice d’Ousmane Dembélé, utilisé à contre-emploi pour annihiler le pressing basque et faciliter la première relance parisienne, illustre à merveille le propos du dirigeant qatari. Ce coup tactique de Luis Enrique a d’ailleurs payé sur le deuxième but parisien, quand tout ce que Luis Enrique a mis en place depuis le début de la saison et en prévision de ce match s’est exprimé.

Sur la séquence qui nous intéresse, peu avant l’heure de jeu, tous les joueurs parisiens sont continuellement en mouvement, à dézoner pour proposer des solutions au partenaire et faire vivre le ballon. Harcelé dans son propre camp, Vitinha s’appuie sur Beraldo, qui ne tremble pas malgré le pressing de Kubo. Paris recule, mais Lee Kang-in se propose pour assurer la continuité du jeu et aspirer la défense.

Daniel Riolo : "Des 3 milieux, je veux mettre en avant Vitinha. Il fait tout bien. Ce qu'il a fait ce soir, c'était parfait" + Stéphane Guy : "La discipline des Parisiens était très bonne" – 05/03
Daniel Riolo : « Des 3 milieux, je veux mettre en avant Vitinha. Il fait tout bien. Ce qu’il a fait ce soir, c’était parfait » + Stéphane Guy : « La discipline des Parisiens était très bonne » – 05/03

Le ballon circule dans les pieds de Nuno Mendes et d’Ousmane Dembélé, qui s’insère dans le cœur du jeu à son tour et remise dos au but vers Beraldo. Le jeu face à lui, ce dernier n’hésite pas à alerter Fabian Ruiz. La défense adverse est piégée. Trouvé en pivot, le milieu espagnol joue de son corps pour transmettre à Lee Kang-in qui, en deux touches de balle, trouve Mbappé. Excentré à gauche, le champion du monde peut attaquer directement la profondeur sans opposition. La suite, on la connaît.

Source de l’article