La joie aura été de courte durée pour Olga Kharlan. Autorisée mercredi soir, par un décret de son gouvernement, à affronter la sabreuse russe Anna Smirnova, au premier tour des Championnats du monde, la multiple médaillée mondiale et olympique s’était imposée sur la piste, ce jeudi en fin de matinée. Mais vers 13 heures, elle ne s’est pas présentée pour disputer son deuxième tour : l’Ukrainienne avait été disqualifiée.

Après sa victoire sur Smirnova, Kharlan avait refusé de serrer la main que Smirnova lui avait timidement tendue, imitant ses compatriotes du tennis. L’Ukrainienne s’était contentée d’un geste vers la Russe avec son sabre, protocole qui avait remplacé la poignée de mains pendant la période Covid. L’arbitre, elle, n’avait pas distribué de carton noir (synonyme de disqualification) à Kharlan, à l’issue de cet incident. La Russe, elle, était alors restée sur la piste pendant 50 minutes pendant que sa délégation s’agitait autour d’elle pour déposer une réclamation.

Et c’est celle-ci qui a été fatale à Kharlan. La Fédération internationale, FIE, a décidé de suivre à la lettre son règlement technique. Son code disciplinaire, à l’article t122, précise : « Lorsque la dernière touche a été portée, le match n’est terminé que lorsque les deux tireurs ont salué leur adversaire, l’arbitre et le public : ils doivent, à cet effet, être immobiles pendant la décision de l’arbitre, se placer sur la ligne de mise en garde et procéder au salut de l’escrimeur et serrer la main de l’adversaire dès que la décision est donnée. »

Source de l’article