Après leur saison régulière d’Eurocoupe au presque-parfait (17 victoires-1 défaite), les Parisiens méritaient sans doute un adversaire de moindre calibre. Mais le Paris Basketball n’aura pas droit à un round d’observation en quarts de finale de l’antichambre. Les hommes de Tuomas Iisalo seront opposés à un adversaire considéré comme l’un des outsiders pour la victoire finale dans une compétition dont le vainqueur obtiendra un ticket pour l’Euroligue.

Badalone avait livré une saison moyenne (10-8) et, après trois défaites pour finir la phase régulière, a rétrogradé à la cinquième place de son groupe. Cela n’a pas empêché le club formateur de Ricky Rubio, rival du Barça, de disposer mardi soir en huitièmes de finale d’Ulm (88-79, 7 points en 17 minutes pour Pacôme Dadiet côté allemand, Noa Essengue n’est pas entré en jeu).

Des retrouvailles, une polémique

Avec 28 points (9/11 au tir, 3/6 à 3 points), 6 rebonds et 6 passes, le meneur-arrière Andres Feliz a été le joueur majeur de l’équipe catalane pour se faufiler dans un top 8 que les Parisiens avaient intégré automatiquement de par leur classement en phase de groupes. Il sera l’un des joueurs à surveiller pour TJ Shorts et sa bande. Le duel franco-espagnol, qui se jouera en match éliminatoire avant des demies et une finale au meilleur des trois manches, est programmé le jeudi 14 mars à 20h45, à l’Adidas Arena.

Cette saison, Paris a battu deux fois Badalone, à domicile (89-82 le 23 janvier), ainsi qu’à l’extérieur plus tôt dans l’exercice (101-94 a.p. le 14 novembre) lors d’une rencontre qui avait été marquée par les 27 points de Nadir Hifi, mais avait tourné à la polémique. Hifi, soutenu par ses coéquipiers, parmi lesquels son capitaine Michael Kessens, avait accusé le public catalan d’avoir proféré des cris racistes. Ce que Badalone avait par la suite nié en bloc dans un communiqué.

Bourg-en-Bresse, également leader de son groupe (14-4) et ainsi qualifié directement en quarts de finale, comme Paris, connaîtra quant à lui son adversaire mercredi soir. Il s’agira du vainqueur du huitième de finale opposant les Ukrainiens du Prometey Slobojanske aux Grecs de l’Aris Thessalonique.

Source de l’article