S’il a excellé pendant des années sur les rings de kick boxing, s’il performe aujourd’hui dans la cage, Cédric Doumbè est également un savant communicant. Une présence quotidienne sur les réseaux sociaux avec un trash talk distillé au rythme d’une kalachnikov, une prise de parole sur les violences faites aux femmes lui ont ouvert les portes de la notoriété. Cédric Doumbè est sorti de l’ombre, est devenu coqueluche des médias mainstream qui s’enjaillent sur le MMA (France 2, France 5, TMC, Canal+, France Inter savent lui faire une place dans leurs émissions phares) et apprécient sa gouaille et son franc-parler qui font souvent mouche.

Pour annoncer son combat face à Baysangour « Baki » Chamsoudinov, il avait publié sur ses réseaux sociaux un montage vidéo montrant une grande affiche se déployant sur l’Arc de Triomphe (avec une photo réalisée par L’Équipe pour la petite histoire). Effet bluffant et garanti. Quatre jours avant le combat de ce jeudi, il a récidivé et innové avec une vidéo de 13 minutes où il s’improvise médecin urgentiste cherchant une chambre confortable à la Pitié Salpêtrière pour sa future victime dans la cage. « On se prend la tête pour réfléchir à notre communication. On aime bien se faire des petits délires, je ne vous livrerai pas nos secrets »souffle David Foucher, le manager de Cédric Doumbè. « Sans Cédric, il n’y aurait pas de « hype » autour du combat. Il n’y a personne d’autre que lui pour se déguiser en infirmier et faire une vidéo avec une ambulance dans Paris avant un combat ».

« Pas Beyoncé mais le Jay-Z du MMA »

Primordiale, la communication est mûrement réfléchie par le clan Doumbè. « Cédric est aussi a l’aise sur  »Fort Boyard » qu’au micro d’un media anglais ou bien en discutant avec Kylian Mbappe ou Lea Salame »témoigne celui qui gère ses affaires depuis cinq années. L’effet Doumbè, c’est aussi une habileté à créer du show, transformant chaque combat en un événement à ne pas manquer. « Il y a un côté novateur. Provocation, humour… c’est unique. C’est le Cédric Doumbè show ! Il a une liberté d’expression totale »insiste Foucher.

L’Accor Arena, de son côté, se réjouit de la venue du « Zlatan du MMA ». « C’est du sport, mais en même temps, c’est aussi du show. L’ Accor Arena est le lieu idéal pour le croisement entre les deux »souligne Apolline Bordelot, directrice adjointe de la billetterie de la salle, qui précise que les billets se sont écoulés en moins de 20 minutes le jour de la mise en vente. Cédric Doumbè avait commenté dans la foulée en story Instagram et sur X : « Même Beyoncé, elle ne fait pas ça ». Une comparaison farfelue mais pas complètement folle. « Cédric Doumbè n’est pas Beyonce mais plus le Jay-Z du MMA en ce moment », s’amuse Apolline Bordelot. Du côté de DAZN, diffuseur exclusif du PFL, on abonde : « Peu de personnalités peuvent remplir l’Accor Arena en moins d’une heure. Il y a un véritable phénomène autour de ce combat »précise Brice Daumin, le directeur général exécutif de DAZN pour la France et la Suisse.

Source de l’article