Totalement surréaliste. Ce dimanche, la Papp Lazlo Arena de Budapest a été plongée dans la pénombre pendant vingt-huit minutes, obligeant les organisateurs à interrompre les combats.

La panne de courant n’a touché que l’aire de compétition et les écrans des scores. Lors de cette coupure, deux combats étaient en cours, avec deux Françaises. Battue en quarts de finale des +78 kg, par Romane Dicko (pénalités) un peu plus tôt, Léa Fontaine disputait un combat de repêchage, contre la Sud Coréenne Kim Hayun. En -78 kg, Fanny-Estelle Posvite, elle, menait à 17 secondes du terme de son quart de finale contre l’Ukrainienne Lytvynenko.

Après une interruption de cinq minutes, la compétition a repris mais dans la pénombre et sans les tableaux de score rallumés. Fontaine s’est inclinée (waza-ari) et termine ainsi 7e en +78 kg. Posvite, elle, l’a emporté et affrontera en demi-finale Madeline Malonga, vice-championne olympique des -78 kg.

Pendant ce temps-là, Romane Dicko attendait en salle d’appel, dans l’obscurité. Ça n’a pas semblé perturber davantage la Française qui a immobilisé au sol la Chinoise Xu Shiyan après à peine une minute de combat dans sa demi-finale des +78 kg, disputée avec un éclairage uniquement centré sur le tatami, le maigre public étant toujours dans le noir. En finale, elle retrouvera sa compatriote et vice-championne du monde Julia Tolofua, qui a dominé la Néerlandaise Stevenson.

Les deux Bleues se sont rencontrées deux fois, en demi-finale en 2022, au tournoi de Tel Aviv et aux Mondiaux de Tashkent avec, à chaque fois, une victoire de Dicko.

Romane Dicko n’a jamais perdu en Masters, et elle a remporté cette épreuve réservée aux 36 meilleures de chaque catégorie, en 2021 et 2022.

En -78 kg, Audrey Tcheuméo a été battue en quart de finale par la Sud Coréenne Lee Jeongyun (ippon). Dès son entrée en lice, ce dimanche, la Française, vice-championne du monde en titre, n’a pas été aussi impactante que d’ordinaire.

Source de l’article