Deux mois seulement après son « three way » historique à Catalina (Californie), Stève Stievenart, dit Stève le phoque, s’est de nouveau distingué en venant à bout de la mythique traversée du Lac Léman, réputée entre autres pour ses nombreux abandons chaque année. Le nageur en eau libre français, qui a réussi sa 20e nage en 20 tentatives depuis ses débuts à travers la Manche en 2018, est le premier Français à boucler cette traversée, le 11e au monde.

Stievenart a défié le lac Léman d’Est en Ouest, lequel est long de 71,2 km, et il a mis 35 heures et 58 minutes. Le nageur de Wimereux, simplement vêtu d’un maillot de bain, s’est élancé mercredi matin à 8h53 du Château de Chillon (Suisse) et il est arrivé à Genève ce jeudi à 20h51. Quand il est sorti de l’eau, il a levé les bras en l’air avant d’étreindre son entraîneur Kevin Murphy. Tout au long du parcours, il a profité de belles conditions météo, avec notamment un vent quasi nul – « le lac était comme un miroir, c’était magnifique », nous a-t-il dit – et l’eau oscillait entre 20 et 23 degrés.

Mais comme à chaque traversée, Stievenart a connu son lot d’événements improbables. Cette fois, pas de bancs de méduses qui rôdaient ni de kayakiste venu le heurter, mais un bateau d’assistance qui est tombé en panne, la marche avant tombant en rade d’un coup d’un seul. Cette péripétie l’a quelque peu déboussolé mais un kayak et l’annexe du bateau ont pu le suivre et le ravitailler correctement, l’heure durant laquelle le capitaine du bateau a réparé son engin. Sans compter qu’au bout de deux heures, il a souffert de crampes et d’une indigestion qui l’a rendu malade…

« Il y avait de très bonnes vibes. C’était très émouvant »

« J’ai souffert physiquement, car c’était un peu trop rapproché de mon « three way » de Catalina, nous a confié Stève Stievenart. C’était très difficile, j’étais notamment collé à l’eau et mes épaules m’ont fait souffrir. Mais c’était une très belle traversée, un très joli moment. À l’arrivée, j’ai été accueilli par une ambiance de dingue, je n’ai jamais eu autant de monde. Mon entraîneur était là. Il y avait de très bonnes vibes. C’était très émouvant. »

Source de l’article