Du VAR à la gouvernance, en passant par les critiques publiques de certains dirigeants, ce ne sont pas les polémiques qui manquent à l’arbitrage français ces derniers temps. Et, ce mercredi, le collège de Ligue 1, qui représente les clubs au conseil d’administration de la LFP, avait décidé de se réunir pour évoquer la question et suggérer quelques évolutions.

Après une prise de parole de Jean-Pierre Caillot, le président du collège et du Stade de Reims, pour rappeler « le fonctionnement global de l’arbitrage » et présenter « la complexité de l’organisation de l’arbitrage en France », les débats se sont orientés sur le fonctionnement général de l’arbitrage et le travail réalisé par le Comité français de l’arbitrage (CFA).

Dans un communiqué, le collège de Ligue 1 a partagé plusieurs de ses réflexions, notamment le fait que « l’organisation mise en place par la FFF et la CFA était inefficiente, en raison notamment des conflits de personnes existant entre ses deux principaux responsables » ou encore que « cette organisation « bancale » avait des conséquences négatives sur la performance des équipes arbitrales, et donc sur la gestion des rencontres ».

Le communiqué explique également que les présidents de clubs poussent pour la mise en place d’un « comité de liaison » entre les différentes strates du football français et les responsables de l’arbitrage à la FFF, avec l’objectif d’un « dialogue permanent ». En ce sens, « le collège de Ligue 1peut-on lire, demande, à moyen terme, à être beaucoup plus associé à toutes les modifications stratégiques de l’organisation de l’arbitrage ».

Source de l’article