Kevin Escoffier, skipper qui fait l’objet d’un signalement de la Fédération française de voile au ministère des Sports pour des faits présumés d’agression sexuelle, sort du silence dans Ouest-France.

Un premier message sur les réseaux sociaux rapidement modifié et puis, plus rien. Kevin Escoffier est sorti du silence dans une interview à Ouest-France en réaction au signalement contre lui auprès du ministère des Sports pour des faits présumés d’agressions sexuelles. L’affaire secoue le monde de la voile depuis plusieurs jours et l’annonce, par le skipper d’Holcim-PRB, de son retrait de l’Ocean Race en raison d’un « incident présumé », comme il l’avait un premier temps expliqué avant de retirer cette mention.

« Une disposition des institutions »

Selon L’Equipe, cet incident ferait référence à une soirée à Newport aux Etats-Unis pendant une escale de la course. Elle impliquerait une jeune femme, attachée de presse, qui n’a pas porté plainte. Mais la scène, publique, a mis en alerte la Fédération française de voile et son président Jean-Luc Denéchau, qui a décidé d’effectuer ce signalement.

Dans son interview à Ouest-France, Kevin Escoffier ne donne aucun détail des faits, qu’il réserve aux institutions. « Non, je n’ai pas envie de donner ma version dans la presse, a-t-il déclaré. Je ne peux pas. Aujourd’hui je n’ai pas reçu d’appel, de mail, de sollicitations de la Fédération Française de Voile, ou de World Sailing, la fédération internationale. Et à ce jour, il n’y a toujours pas de témoignage. Ne serait-ce que par respect pour tous les protagonistes de cette affaire, et dans un incident comme ça, je considère que je n’ai pas à donner ma perception, mon témoignage, ou raconter des faits, par voie de presse. Je réserverai ça aux institutions sportives quand elles me le demanderont. Et c’est pour ça, aussi, que j’ai pris la décision de débarquer jusqu’à la fin de The Ocean Race. Pour être à disposition des institutions. »

Il indique avoir pris seul la décision de se retirer de la course dans l’intérêt de l’équipage et pour protéger sa famille. Il assure aussi n’avoir reçu aucune notification de procédure engagée contre lui. Kevin Escoffier, miraculé du dernier Vendée Globe après un sauvetage dantesque par Jean Le Cam en plein Atlantique Sud, explique que le problème avait d’abord été réglé « de personne à personne » mais se tient à disposition maintenant qu’il est étudié par les institutions.

Il se dit « choqué, oui bien sûr, touché oui ». « Comme chaque article me touche, moi et ma famille, ajoute-t-il. Bien évidemment que je ne prends rien de tout ce qui est écrit à la légère. Cela m’affecte. Il y a aussi des choses qui sont déformées, voire carrément fausses. Et puis je sais bien aussi que chacun joue son rôle. »

Source de l’article