Le 6 août, il était prévu que Teddy Riner dispute le Masters à Budapest (en +100 kg) qui rassemble la crème mondiale de chaque catégorie. « Teddy ne fera pas de compétition pour l’instant, pas avant septembre, octobre ou novembre. On se concentre vraiment sur l’entraînement », confie Franck Chambily, l’éternel entraîneur de Riner. Le Guadeloupéen serait-il blessé ?  » Non « , assure son entraîneur.

« C’est vraiment trop tôt, deux mois après un Championnat du monde qui marque 2 000 points (au classement), il a laissé beaucoup d’énergie physique et psychologique, justifie Chambily. R.emettre le couvert deux mois après, avec le palmarès et la longévité de Teddy, sur un Masters avec les 32 meilleurs, ça équivaut à refaire un Championnat du monde. Aucun intérêt. […]Il ne faut pas griller les cartouches, Teddy est attendu en juillet 2024. » Aux JO à Paris donc où Riner briguera un troisième sacre individuel en +100 kg après ceux de 2012 et 2016 (3e en 2021 en +100 kg, 1er au par équipe mixte).

Une participation aux Championnats d’Europe pas écartée

Le Masters à Budapest avait été initialement coché sur l’agenda de Riner car il apporte notamment de précieux points au ranking (1 800 pour le vainqueur), important dans la perspective d’être tête de série aux JO 2024 et ainsi s’éviter de prendre quelques cadors avant les quarts de finale ; comme ce fut le cas en 2021 à Tokyo. « C’est sûr qu’il va perdre des points mais on fera une ou deux compétitions d’ici la fin de l’année, il en reste pas mal avec notamment les Grand Chelem de Baku (22-24 septembre)d’Abou Dhabi (24-26 octobre) ou Tokyo (2-3 décembre). Teddy fera des compétitions mais mieux réparties dans sa saison », précise encore Chambily. Quid des Championnats d’Europe à Montpellier du 3 au 5 novembre ? « On verra, on ne s’interdit pas de les faire », répond l’entraîneur.

Champion du monde des lourds pour la onzième fois, le 13 mai à Doha, Teddy Riner était resté mobilisé pour participer aux Championnats de France par équipes, le 27 mai à Laval avec son club, le PSG Judo, sacré pour la seconde année d’affilée. Ensuite, le Français avait eu une quinzaine de jours de vacances avant de reprendre à Marrakech, devenu son repaire depuis plusieurs années. Puis Riner a participé au stage international à Benidorm (Espagne) avec le reste de l’équipe de France. « Il était bien, motivé, les étrangers aussi venaient le chercher pour les randoris (combats d’entraînement)notamment Saito (Tatsuru, le Japonais que le Français a battu en quarts de finale aux Mondiaux de Doha) », apprécie Franck Chambily.

Le programme sera affiné en septembre

Après une semaine de repos, Riner reprend ce lundi à Marrakech jusqu’au 26 juillet. Puis à défaut de Budapest, il se rendra en stage en Italie où exerce désormais Darcel Yandzi (champion d’Europe en -78 kg en 1993), réputé pour sa dimension physique et explosive. « Darcel m’a dit qu’il y a quelques poids lourds, j’ai envie d’aller voir », dit Chambily, toujours à la recherche d’une adversité riche et variée pour son champion. La dernière quinzaine d’août, Teddy Riner partira sur son île d’origine, en Guadeloupe, en vue d’un bloc de préparation physique. Avant un retour en métropole début septembre où un point sera fait avec son staff afin d’envisager à quelles compétitions il participera d’ici la fin de l’année.

Source de l’article